Village de Sâles

Selon les historiens, le nom de Sâles repose sur plusieurs racines: «Cella-Cellula», habitation construite sur la propriété gallo-romaine ou «Salix-Salices», signifiant saules, osiers.

La production des campagnards de Sâles était axée sur le blé, l’orge, les lentilles, le chanvre et les pois. On y trouvait un vaste étang baignant la verte frondaison des saules dans ses eaux noires, convoitise des nobles amateurs de poissons à la chair délicate. Un droit de pêche dans l’étang de Sâles, avec d’autres privilèges, d’ailleurs revendiqués par Jean de Blonay, fut à l’origine d’un procès que le duc de Savoie trancha en son château de Ripaille.

En ce temps-là, seigneurs ou nobles dames achetaient à prix d’or des régions entières devenant alors des seigneuries. Les de Blonay possédaient Sâles et Vaulruz, villages que Jacques Champion acheta. Plus tard, Jean de Gruyère vendit à Jeanne de Colombier et à François Champion tout ce qu’il possédait à Sâles. Notamment des granges, des prairies et le fameux pré de l’étang avec le droit de pêche, le tout pour 4700 florins d’or. En 1538, le tout fut vendu par les contes de Savoie à l’Etat de Fribourg.

Du 18e au début du 20e siècle, le café de Sâles ne s’appelait pas Hôtel de la Couronne, mais auberge de l’Assurance.

La population des villages de Maules, Romanens, Rueyres-Treyfayes et Sâles était de 1220 habitants en 1880, de 1286 âmes en 1920 et de 1242 en 1950. Elle est tombée à 930 à la fin de 1978. Elle est aujourd'hui de 1430 habitants.

Vous êtes ici : Accueil Commune Présentation Village de Sâles